CERDO BRASEADO, RÂMEN Y HUEVOS MARINADOS / UNA NOCHE / PORC BRAISÉ, RÂMEN ET OEUFS MARINÉS / UNE NUIT

Un plat inspiré (vite fait) du châshû japonais dans une version si éloignée de l’originale que j’ai presque honte de l’avoir cité.  ici  sur l’incroyable blog “le manger” vous trouverez la belle, looooooonnnnnnngue et authentique recette ainsi que celle du bouillon tonkotsu qui accompagne les râmen  ici …. et J’ai vraiment très très envie de m’y essayer un jour prochain.

Un plato “vagamente” inspirado del châshû Japones y de los râmen pero en una version muy muy sencilla y rapida, tan lejana del original que casi me da verguénza mencionar la. Aquí podréis encontrar la receta autentica y laaaarguisima (en francès),

IMG_20170317_214645IMG_20170317_133845

Sigue leyendo

THE LOBSTER / PASTA NEGRA AL BOGAVANTE Y MANTEQUILLA DE ALGAS / MAGRET DE PATO CURADO / PÂTES NOIRES AU HOMARD ET BEURRE D’ALGUES / MAGRET DE CANARD SÉCHÉ

Voilà un post où je mythonne un peu en faisant croire que mes enfants font des pâtes que je cuisine avec du homard pour des invités qui s’extasieraient ensuite…en vrai j’ai ma propre perception de la réalité et surtout du temps.

C’était un samedi, mes invités arrivaient à 14h. Vers 10 h je me suis levée, j’ai ouvert mon frigo et le homard m’a sauté sur les pieds…La veille, prise de culpabilité, je l’avais sorti de sa barquette (comme si ça changeait quelque chose quand on passe la nuit dans un frigo, coincé entre des yahourts natures et une botte de persil). Du coup j’ai décidé d’abréger ses souffrances ou plutôt les miennes en le jetant vite fait dans l’eau bouillante…Dans ma réalité j’ouvre la porte fraiche et maquillée à 14h pétante, après avoir fait les courses puis cuisiné la pâte à pâtes à l’encre, le bouillon de homard et de langoustines à la citronelle, un petit beurre aux algues pour lier le tout, quelques palourdes, puis les tartelettes avec une base de sablés noisettes/cacao, surmontées d’une crème à l’orange sanguine et meringuées et bien sur j’ai pris soin d’ouvrir les huitres et de trancher le magret pour l’apéro.

Dand la vraie vie l’apéro a sérieusement altéré mes capacités au moment crucial de la fabrication des pâtes et mes invités affamés (a à peine 4 h de l’aprèm) m’ont gentiment suggéré de faire une croix sur mon amour propre et d’utiliser un paquet de pâtes industrielles. Proposition que j’ai accepté (humiliée mais soulagée), après un rapide coup d’oeil sur ma cuisine dévastée, saôule et toujours en pyjama… un peu comme dans un épisode “des recettes pompettes” la célébrité en moins (pour ceux qui ne connaissent pas c’est ça).

Me da cierta pereza traducir… Pero para que no os perdaís nada de mi vida apasionante os hago un resumen rapido : A las 10 de la mañana el bogavante me salto encima, para vengarme lo hize hervir…A las 3 de la tarde me di cuenta que habia sido demasiado ambiciosa con la comida, que los invitados tenian hambre, que mi cocina era un chaos y que seguia en pijama….tiré mi ego por la ventana, me emborraché con ellos y acabamos con pasta industrial!

IMG_20170211_095324IMG_20170211_095130IMG_20170211_111801IMG_20170212_132904bIMG_20170212_125905IMG_20170212_132743IMG_20170211_160352-(1)IMG_20170211_160426IMG_20170211_175351 Sigue leyendo

COCOCHAS DE BACALAO, JAMÓN Y GUISANTES EN SALSA VERDE / 20 MIN

Si lees el blog en castellano es muy probable que no seas tan ignorante como yo y que ya conozcas las cocochas, si no es el caso gracias a mi hoy te irás a dormir más sabio! Detrás de este nombre exotico se esconde una maravilla tierna que os lo digo va a florecer en las cartas de los restaurantes guay que hacen tapas de autor y se va a poner tan de moda como el huevo a baja temperatura o la remolacha. La cococha (kokotxa en euskara) es la barbilla del pescado, un plato muy típico del País Vasco donde preparan cocochas de bacalao o de merluza de varias maneras. El viernes volví del mercado con mis misteriosas cocochas pero sin idea de como cocinar las. Gracias a google y a  Martin Berasategui, el chef vasco estrella, el papa de las cocochas, ahora las conosco como la palma de mi mano!


Si (comme moi il y a 2 jours) vous ne connaissiez pas les cocochas, ce soir vous irez vous coucher un peu plus savant et ce grâce à moi!  Il est probable que les cocochas soient déjà la coqueluche des jeunes chefs barbus qui seraient lassés de l’oeuf basse température, car derrière ce nom exotique se cachent de petites merveilles juteuse et fondantes. La cococha ou Kokotxa (menton en euskéra)  est la partie charnue sous le menton du poisson, c’est un plat typique du pays basque où l’on prépare les cocochas de merlu ou de cabillaud de nombreuses façons, les plus traditionnelles étant en salsa verde ou pil-pil (ça après 10 ans en Espagne je connaissais). Vendredi je suis donc revenue du marché bien contente et ignorante avec mes cocochas sous le bras. Après un petit tour de la blogosphère culinaire j’ai décidé de suivre les conseils de Martín Berasategui, star des chefs basques et pape des cocochas, pour les préparer en salsa verde…j’y ai ajouté quelques petits pois et du jambon car Jamie Oliver lui il cuisine le bacalao avec du jambon et c’est drôlement bon (recette ici)!

img_20170129_140927_burst001_cover_resized_20170129_042515542img_20170129_150013_resized_20170129_042455810img_20170129_150039_resized_20170129_042451896

Sigue leyendo

PICNIC AL PANTANO DE SAU / BOCADILLO FETA, SALMÓN Y REMOLACHA, MAYONESA AL LIMA

No es muy de temporada pero es para recordar nos que al cabo del invierno viene eso! Fue el ultimo picnic del verano a mediados de Setiembre, el tiempo era suave y estuvimos en el espectacular pantano de Sau con su misterioso pueblo sumergido…


Plus trop d’actualité mais bon c’est pour nous rappeler qu’au bout de l’hiver il y a ça! C’était le dernier pique-nique de l’été, à la mi-Septembre, il faisait encore doux et nous étions au bord du pantano de Sau, un étang  qui renferme sous ses eaux un mystérieux village englouti!

img_20160918_142448img_20160911_154157p1250583img_20160911_182253img_20160911_154233img_20160911_160259img_20160918_142351img_20160910_195234

Sigue leyendo

“LE LUNDI C’EST RAVIOLI” / RAVIOLIS DE COCIDO Y APIO NABO / COCOTTE DE BUTTERNUT, COMTÉ, CASTAÑAS Y CANTARELAS / HISTORIA DEL POLLO DE JUEVES A DOMINGO

Hace poco he descubierto el libro de la genial Sonia Ezgulian “les rebondissements gourmands d’un pot-au-feu du dimanche au vendredi” mas o menos “Los rebotes golosos de un cocido del domingo hasta el viernes”. Ella cocina para amigos el domingo y reinventa los restos toda la semana…Me encanta la idea del cocido transformista y tuve que refrenar mis invitados para que me quede algo que transformar (receta aquí)…Desgraciadamente con el mini tupperware que me sobro no he podido llegar hasta el viernes y como éramos lunes hice raviolis (“le lundi c’est raviolis” es una entrada culta de una peli francesa de los 80)…Como eran las 7 de la tarde no he seguido la receta de Sonia y tampoco he hecho la masa yo misma. (Afortunadamente la masa congelada del supermercado chino va de maravilla).

Como reinventar restos es toda mi vida, os voy a contar como 1 pollo y 2 calabazas hacen 5 comidas para 4 personas del jueves al domingo. El jueves preparé huevos cocotte con calabaza confitada, queso comté, castañas y cantarelas. El viernes un pollo al horno y un salteado con dados de la misma calabaza “butternut”, cantarelas y castañas que quedaban, tomillo y ajo. El sábado nos llevamos el pollo de picnic y nos lo comimos en bocadillo con mostaza, comté, tomates y lechuga. Por la noche su carcaza y la ultima pechuga en un caldo asiático con jengibre, lemongrass, cilantro, brotes de sojas, laminas de zanahorias y un puñado de fideos de arroz. Y el domingo por la noche la clásica pasta con jugo de pollo, acompañado del salteado del viernes, de un puñado de guisantes congelados, de unos tacos de panceta y parmesano.


Il y a quelques temps je lisais un post du blog “beau à la louche” sur le livre de la géniale Sonia Ezgulian  “les rebondissements gourmands d’un pot-au-feu du dimanche au vendredi” où elle cuisine pour des amis le dimanche et réinvente les restes toute la semaine…(un jour je vous parlerai de son livre sur les plateaux télés). J’adore l’idée du pot au feu transformiste et j’ai du réfréner mes invités pour qu’il me reste assez de restes à transformer (recette ici)…Malheureusement vu le mini tupper que j’ai récupéré je n’ai pas pu arriver jusqu’au vendredi et comme on était lundi j’ai choisi de faire des raviolis… Je n’ai pas suivi la recette de Sonia et comme il était 19h je n’ai eu ni le temps ni le courage de faire la pâte moi même (heureusement les petits carrés de pâte surgelée du supermarché chinois font des miracles!).  Je suis restée sur ma faim et j’ai eu envie de faire ma Sonia pour le reste de la semaine.

Passons sur le mardi et le mercredi…le jeudi j’ai préparé des oeufs cocotte au butternut avec du comté, des châtaignes et des girolles. Le vendredi un poulet rôti avec une poêlée du même butternut confit, le reste des girolles et des châtaignes, avec du thym et un peu d’ail. Le samedi matin c’était pique nique et nous avons fait un sort au poulet dans un sandwich accompagné de Savora, le reste de comté, quelques tomates confites et des coeurs de laitues. Le samedi soir un petit bouillon asiatique avec le son dernier blanc et sa carcasse, du gingembre rapé, de la citronnelle émincé, quelques feuilles de citron kéfir, des lamelles de carottes, des pousses de soja et une poignée de nouilles de riz. Et le dimanche soir nous avons fini en beauté par un plat de pâtes au jus (de poulet bien sur) mélangé à la poêlée du vendredi à laquelle j’avais ajouté une poignée de petits pois surgelés, quelques dés de pancetta et du parmesan.

qe3a7559qe3a7561qe3a7563img_20161025_215023img_20161025_215056img_20161025_225235

Sigue leyendo

OTOÑO, TIEMPO DE PERROS, POT AU FEU Y MONT BLANC

La gordita en mi siempre se alegra del cambio de temporada, pero especialmente este, me encanta el otoño, me encanta poder encerrar me 3h en la cocina sin que nadie me diga nada, porque el tiempo es muy feo y no hay que salir. Me encantan las castañas, los caquis, la calabaza, las setas, el boniato, las granadas, la mermelada de cabello de ángel …Pero no es el caso de todo el mundo y el humor general es tan sombrío como el cielo. Este sábado hacia un tiempo de perros así que para luchar contra el aburrimiento y el frío, invité amigos y vecinos a compartir un cocido típico de Francia “le pot au feu” y unas botellas de vino…para el postre otro clásico francés “le Mont Blanc” : meringue, nata montada, crema de castañas, peras y avellanas…porque lo bueno del otoño es que ya no hace falta estar delgada!


La petite grosse en moi se réjouit à chaque changement de saison mais spécialement celui-ci, j’adore l’automne, j’adore pouvoir enfin m’enfermer 3h dans la cuisine, sans que personne n’y trouve rien à redire parce qu’il fait trop moche pour mettre le nez dehors. J’adore les champignons, les grenades, les kakis, le potiron, les patates douces, les châtaignes, la confiture de cîtres (que presque personne ne connait)…Mais ce n’est apparemment pas le cas de tout le monde car l’humeur générale est aussi morose que le ciel…Ce samedi, il faisait un temps de chien à rester dans son lit avec un xanax.  Alors pour combattre la grisaille et le froid j’ai convié amis et voisins autour d’un pot au feu et de quelques bouteilles…En dessert un autre classique le Mont blanc : meringue, chantilly, crème de marron, poires et éclats de noisettes…oui ce qui est bien avec l’automne c’est qu’on a  plus besoin d’être mince!

img_20161022_122545img_20161022_135127img_20161022_134402nimg_20161022_144517img_20161022_163801img_20161022_164702img_20161022_163818img_20161022_174222

Sigue leyendo